La défense bien organisée de notre organisme.

VisuelNous vivons dans un environnement peuplé de microbes. Chaque jour nous respirons plus de 10 000 litres d’air copieusement chargés de bactéries, de virus ou de spores de champignons. Sur notre téléphone portable, il n’y a pas moins de 25 000 micro-organismes au cm2. Heureusement, le système immunitaire, gardien de notre défense, veille 24h/24 sur notre santé.

Qu’est ce que le système immunitaire ?

Le système immunitaire est un ensemble de molécules, de cellules et d’organes qui assurent notre défense contre la maladie.
Il nous permet de repousser les micro-organismes indésirables, d’éliminer les virus, de tuer les bactéries, de chasser les parasites et de détruire les cellules tumorales.
Notre état de santé est fortement lié à son efficacité. Ainsi, une fatigue chronique, une mauvaise cicatrisation ou des infections à répétition  sont souvent les signes que notre système immunitaire est débordé ou affaibli. Nos habitudes de vie, notre sommeil, notre alimentation, le stress… peuvent aussi avoir des répercutions sur l’efficacité de notre système de défense.

Premières lignes de défense : la peau et les muqueuses.

La meilleure défense est avant tout d’empêcher l’entrée des germes dans notre organisme.
A l’extérieur, c’est le rôle de la peau, à l’intérieur celui des muqueuses, ces tissus de revêtement qui tapissent la bouche, le nez, les bronches, les intestins ou encore les voies génitales.
La peau forme une gigantesque barrière qui offre une protection incroyable contre les infections. Sa surface est entièrement recouverte d’un film qu’elle produit et dont le pH (l’acidité) limite considérablement le développement des micro-organismes. Certaines enzymes sont également présentes dans la sueur et détruisent les parois des bactéries, ce qui leur est fatal. Parallèlement, la composition de ce film entretient une flore cutanée (des micro-organismes inoffensifs) favorable et qui, occupant le terrain, laisse peu de place à des micro-organismes plus agressifs.
Les muqueuses sont, elles, tapissées de mucus, une substance chimiquement hostile aux micro-organismes, et de cils vibratiles qui évacuent les microbes englués dans le mucus vers la sortie, toux et éternuement aidant.
Au niveau intestinal, la combinaison: mucus, pH et flore intestinale réalise un écosystème qui laisse peu de place aux micro-organismes intrus.
Et partout, sous cette protection de surface, les cellules immunitaires veillent.
Des cellules sentinelles sont prêtes à donner l’alarme et à enclencher la guerre immunitaire contre l’assaillant qui aura osé franchir les premières barrières.

Le système de défense en fonctionnement :

Que des micro-organismes franchissent les barrières de protection et c’est la guerre !
La réaction d’inflammation en est le signal. Elle a pour but d’inactiver les agresseurs, de mettre en œuvre la réparation des tissus et d’alerter par des messagers chimiques l’ensemble des troupes du système immunitaire, les globules blancs, qu’ils soient producteurs d’anticorps, cellules tueuses, ou macrophages (des cellules dévoreuses de micro-organismes et de débrs en tout genre).
Certaines cellules immunitaires circulent en permanence dans le sang, mais la plus grande partie des troupes se trouve dans la lymphe. Ce liquide circule entre des cellules, dans les vaisseaux lymphatiques et les ganglions.
Ces derniers sont répartis un peu partout dans l’organisme.
Chacun connait les amygdales qui ne sont rien d’autre que des ganglions lymphatiques dont la mission est de détruire les agents infectieux arrivant par la bouche et le nez.  C’est dans les ganglions lymphatiques que s’effectue la reconnaissance spécifique de l’étranger agresseur et que s’organise l’offensive qui est propre à chaque microbe.
Certains lymphocytes se transforment alors en producteurs d’anticorps, des molécules qui vont immobiliser les agents pathogènes afin de faciliter leur destruction par les macrophages. D’autres lymphocytes se spécialisent dans la traque des cellules infectées par des virus et se chargent de les éliminer
La bataille terminée, le système immunitaire garde en mémoire l’événement afin que la prochaine rencontre avec le même ennemi soit plus rapide et plus efficace. C’est cette mémoire immunitaire qui est stimulée par les vaccinations.

Dans les intestins un écosystème en équilibre immunitaire :

A la naissance, le bébé est « colonisé » par des bactéries provenant de l’accouchement, puis de ce qu’il mange et respire. Dans les jours qui suivent,  il constitue sa propre flore qui va se stabiliser au bout de quelques semaines. L’organisme va ainsi abriter quelques 100 000 milliard de bactéries, tout particulièrement au niveau de l’intestin. On les appelle « flore intestinale » ou « bactéries du microbiote ». Loin d’être néfaste, cette population de microbes constitue une aide à la digestion, certains participent notamment à la dégradation d’une partie du cholestérol ; ils contribuent également à la synthèse de certaines vitamines, du groupe B et K par exemple;  mais surtout ils jouent un rôle immunitaire très important. Une grande quantité de cellules immunitaires sont concentrées dans et autour du tube digestif et vivent en symbiose totale avec la flore du microbiote. Celle-ci stimule le système immunitaire et occupe le terrain qui ne peut ainsi pas être colonisé par des micro-organismes pathogènes.
Parfois, lorsque cette flore est affaiblie, par un antibiotique ou un régime alimentaire inadapté par exemple, l’équilibre de l’écosystème est rompu. C’est alors que système immunitaire sur-réagit, entrainant des désordres digestifs variés : ballonnements, fatigue, diarrhée…qui sont parfois douloureux. Il est temps de revenir à une alimentation plus équilibrée.

Que manger pour optimiser ses défenses immunitaires ?

Les aliments riches en vitamine C  (les oranges, les kiwis, les ananas, les choux, poivrons et tomates)
Les aliments riches en vitamine D (l’huile de poisson, le poisson gras type saumon, maquereau et sardine, le jaune d’œuf, …)
Les aliments riches en fer (la viande rouge,  le foie,  le boudin noir,  les lentilles…)
Les aliments riches en zinc (les huitres, le germe de blé, le foie de veau , le cacao, …)
Les probiotiques (laits fermentés …)

Bactéries : les bactéries sont des éléments unicellulaires présents un peu partout, dans l’air, dans l’eau , sur les sols, la peau… Ils peuvent provoquer des maladies, d’autres sont utiles à l’homme.
Virus : Micro-organisme infectieux et très contagieux.
Ganglion lymphatique : Petit organe appartenant au système lymphatique, qui joue un rôle fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire.
Lymphocytes : Les lymphocytes sont une variété de globules blancs dans le sang. Les lymphocytes jouent un rôle central dans le système immunitaire, c’est pourquoi leur taux augmente lors des infections.

Share Button
Système immunitaire, qu’est ce que c’est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.