sommeilLe sommeil représente plus d’un tiers de notre vie. Il est déterminant pour la croissance, le développement cérébral et la mémoire, l’ajustement de nos sécrétions hormonales, il est même impliqué dans notre alimentation et notre résistance aux maladies. Bref, il est au centre de notre fonctionnement physiologique et psychologique.

Pourquoi dort-on ?

La réponse peut sembler élémentaire : pour récupérer. Pourtant, derrière cette simplissime récupération se cache  une immense variété de phénomènes tous plus indispensables les uns que les autres. Et ce n’est pas pour rien que le sommeil existe depuis l’apparition du système nerveux. Lorsque l’organisme est en phase de « repos », les connections entre nos cellules nerveuses se réorganisent, ce qui permet l’indispensable adaptation à notre environnement. C’est également pendant le sommeil que les sécrétions hormonales s’équilibrent et s’ajustent, que les cellules, les muscles, les os, la peau… se régénèrent. Ainsi, dormir nous offre une récupération physique et intellectuelle. Le sommeil prépare également à l’état de veille qui le suit. Autrement dit la qualité de notre journée dépend de celle de notre nuit.

Les conséquences d’un mauvais sommeil

Un sommeil trop court ou trop agité et, nous l’avons tous constaté, nos facultés semblent réduites. Notre vigilance est altérée, nous avons tendance à somnoler, notre attention est moins bonne. La mauvaise récupération musculaire procure une sensation de fatigue. Les chercheurs ont aussi mis en évidence des effets du manque de sommeil que nous percevons moins. Ainsi, nous régulons moins bien notre température corporelle, notre production d’hormone de croissance est diminuée, notre glycémie (la concentration en sucre dans le sang) est perturbée, nos défenses immunitaires sont amoindries, l’élimination de nos toxines est ralentie. Nous réagissons aussi moins bien au stress, sans parler des effets d’un manque de sommeil sur notre humeur ! Et les chercheurs n’ont encore pas tout découvert…

À chacun son idéal de sommeil

En moyenne, un adulte dort 8 heures par nuit. Mais, il existe des « gros dormeurs » qui ont besoin de plus de 10 heures de sommeil et des « petits dormeurs » qui, quant à eux, se contentent de 5 heures. Parmi les petits dormeurs célèbres, Napoléon Bonaparte était satisfait avec 4 h de sommeil. Alors que, le plus célèbre des gros dormeurs Albert Einstein avait besoin de dormir 10 à 11 heures par nuit pour laisser libre cours à son génie le lendemain. Les spécialistes s’accordent à dire que les exigences en sommeil sont très différents d’un individu à l’autre et seraient déterminés par nos gènes. Une récente étude, menée par des chronobiologistes de l’université Ludwig-Maximilians de Munich (Allemagne) sur plus de 4.000 personnes de sept pays européens, a montré que les personnes porteuses d’une variation du gène ABCC9 dormaient pendant une période « significativement plus courte » que les personnes porteuses de la version non altérée du gène. Autrement dit, les petits dormeurs sont ni plus ni moins que des mutants !

Pour bien dormir

Bien dormir est essentiel, alors autant mettre toutes les chances de son côté et accepter quelques principes de vie. Le premier est d’adopter des horaires réguliers : se coucher et se lever toujours à la même heure facilite grandement le sommeil et améliore sa qualité. Mais, dès votre réveil, soyez dynamique et pour cela n’hésitez pas à mettre une lumière forte dans votre salle de bain, à faire des petits exercices d’étirement et à prendre un petit-déjeuner complet. Gardez en tête que la pratique d’un sport dans la journée facilite l’endormissement, mais évitez les exercices le soir (après 20 h). De même, oubliez les excitants après 16 h, comme le café, la vitamine C, ils augmentent les réveils nocturnes et nuisent à la qualité récupératrice du sommeil. Faites des repas du soir plutôt légers, de préférence sans alcool. À bannir également : regarder la télévision, tenir de longues conversations téléphoniques, jouer aux jeux vidéo, travailler ou manger au creux du lit, ce qui ne facilite pas non plus l’appel du sommeil. Mais le plus important, c’est de savoir repérer les signaux du besoin de dormir, tels que les bâillements ou les yeux qui piquent, et de les écouter, en acceptant de remettre au lendemain ce qui n’a pas été fait dans le jour même, pour aller se coucher.

Le sommeil des Français

Résultats de l’enquête INSV/MGEN réalisée en janvier 2012 par OpinionWay auprès d’un échantillon représentatif de 1.010 personnes de 18 à 64 ans. Les Français dorment en moyenne 7h05 en semaine et 8h11 le week-end. 31% dorment moins de 6h et 6% dorment plus de 9h. 33 % s’accordent au moins une sieste par semaine, elle dure en moyenne 56 min 4 personnes sur 10 estiment souffrir de troubles du sommeil. 45 % de femmes se disent insomniaques; tout comme 50% des 55-65 ans ou 43% des non-sportifs. 26% des Français sont touchés par la somnolence. Mais pour être en forme plus d’une personne sur deux cherche à adapter son sommeil, en particulier en se couchant plus tôt.

Un bon sommeil pour être belle!

C’est bien connu, le sommeil est source de beauté, alors dormez tranquille, la nuit, votre peau travaille à sa perfection, elle accorde l’harmonie de vos traits et éclaire la délicatesse de votre teint.
Parfaitement détendus après une bonne nuit de sommeil, nos traits sont plus lisses. Notre peau semble rebondie, sur un contour clair nos yeux sont vifs et naturellement cette lumière qui semble émaner de notre visage nous met en joie. On se sent belle et notre bonne humeur se reflète sur notre entourage. La journée s’annonce radieuse, radicalement positive.

Régénération nocturne

Première ligne de défense de l’organisme, durant la journée, l’épiderme mène un combat permanent contre son environnement. Il lutte contre les agressions extérieures telles que la pollution, le froid, le vent ou le soleil… En revanche, dans le calme nocturne, enfin libéré, il commence son activité naturelle de régénération. C’est en effet durant la nuit que la sécrétion de l’hormone de croissance est produite : elle ne nous fait plus grandir mais contribue à la réparation des cellules endommagées, dont celles de la peau, des cheveux et des ongles. Entre 2 et 4 heures du matin, la peau tourne à plein régime, les cellules s’y renouvellent jusqu’à 3 fois plus rapidement que durant la journée et même 8 fois plus vite qu’à l’heure du déjeuner. Vers 4 heures du matin, quand la température du corps est au plus bas, nous sécrétons également du cortisol. Cette hormone permet de mobiliser les sucres afin de nous procurer un réveil dynamique et c’est également une molécule euphorisante qui envahit l’organisme le matin. Ainsi une bonne nuit de sommeil et nos petits tourments sont oubliés au réveil.

Déficit momentané de sommeil : Artic Sea !

Véritable concentré d’huiles de poissons sauvages des mers froides, Artic sea (Réf. 39) est particulièrement riche en oméga 3 et en oméga 9. Ces deux acides gras représentent 45% des lipides du cerveau, ils sont largement impliqués dans le métabolisme de la dopamine et de la sérotonine. Ces deux neuromédiateurs jouent un rôle prépondérant dans la gestion de nos émotions et notre résistance au stress, deux mécanismes sérieusement perturbés par le manque de sommeil.

Share Button
Le sommeil c’est essentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.